Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Mare Rouge

  • Bad boys

    A presque 45 ans, Pamela fantasmait encore sur les bad boys, les mecs rock'n'roll comme elle disait, un peu poètes un peu trash (elle kiffait les mots fuck et éjaculation dans la poésie), mais, en cachette, elle lisait avec une grande assiduité son horoscope guettant tous les signes d'une romance à l'eau surannée de rose. Elle voulait "qu'on l'aimât pour ce qu'elle était" (comme Bridget Jones dans Le Journal). En fait, elle rêvait secrètement l'avénement d'un Mark Darcy tout en passant son temps à tenter de séduire tous les Daniel Cleaver de passage.

    Où cette quête contradictoire allait-elle bien la mener ?

  • Allô

    En 2022, on ne distinguait plus les personnes qui parlaient toutes seules dans la rue de celles qui parlaient à un téléphone invisible - grâce à des oreillettes invisibles. Et, quand on prenait le temps d’écouter ce que ces locuteurs-là disaient, on se rendait rapidement compte qu’eux aussi ne faisaient que se parler à eux-mêmes, quand ils semblaient s’adresser à un interlocuteur. De longs, indigents, ennuyeux, pénibles soliloques se faisaient écho dans les avenues, les centres commerciaux et les transports en commun. Y avait-il quelqu’un au bout du fil ? Rien n’était moins sûr. Peut-être le récepteur de l’appel avait-il déjà posé depuis longtemps son smartphone dans un coin de la pièce et vaquait à ses occupations sans prêter l’oreille au discours sans fin de l’appelant, mais le plus probable était que l’appelé lui-même déroulait en réponse un monologue interminable sans attention pour le galimatias de son correspondant.
    2022 correspondait à une acmé de l’ère du blabla ; et ceux qu’on considérait à présent comme les fous ancestraux – les causeurs solitaires - étaient beaucoup moins inquiétants que la nouvelle engeance de jacteurs automatisés qui avait zombifié la ville.

  • Elle ne se rend pas compte

    L’élève me tend son cahier de brouillon ouvert. Elle a écrit « journal intime » en haut de la page droite. Je lui demande si c’est vraiment « intime » ou si je peux lire mais elle me dit qu’elle ne savait pas comment présenter son texte, alors elle a écrit ça, « comme ça ».
    Elle est très timide mais toujours souriante, aimable. Elle a 16 ans, vient du Soudan, vit en France depuis deux ans. Sa maîtrise du français est encore approximative et pourtant, je découvre un texte comme je n’en ai pas lu depuis longtemps. Je ne parle pas de textes découverts en classe, écrits par d’autres élèves, non, je parle de littérature en général. Elle utilise des mots simples, ceux qu’elle connait en français, des tournures syntaxiques bancales mais fortes, peu de ponctuation, mais son regard, surtout, est celui d’une auteure, d’une poète, je le sais dès la deuxième ligne. Pas de posture, pas de chichi, pas de pose dans le verbe ; elle n’imite pas, elle n’essaie pas d’impressionner, elle est là. Sa façon d’être en connexion avec ceux qui ne la voient pas, la façon dont elle écrit le « tremblement des lèvres » de son voisin de café, le regard qu’elle pose sur les solitudes alentours qui rejoignent la sienne sans le savoir, me ramènent à des écrits de Sylvia Plath (Carnets intimes) ou Brautigan. Regard juste, clairvoyant et lucide, écriture sans manières mais percutante.
    - Vous pouvez corriger mes fautes d’orthographe ? me demande-t-elle.
    Elle ne se rend pas compte.

  • Le prince trisomique

    François est un adolescent roux, trapu et trisomique. Il a deux ou trois ans de plus que moi. Chaque fois que j’arrive chez lui accompagnée de ma tante Denise et de mon oncle Jean qui sont les voisins de ferme de ses parents, sa mère crie au seuil de la porte : François, ta petite fiancée est là ! et tous les adultes rient. Il arrive en courant et en battant des mains et se précipite sur moi pour embrasser mes deux joues en maintenant fermement mes épaules. Comme il passe son temps à sucer des friandises, ses baisers sont humides et collants. Sa mère lui plante sans répit sucettes, sucres d’orge et bonbons dans la bouche comme si l’arrêt du gavage pouvait lui être fatal. Même quand je frotte ma peau avec ma main, ça ne part pas. Même dans la salle de bain avec de l’eau et du savon, ça reste. Je suis tatouée au sucre jusqu’au coucher. Un jour, il m’embrasse sur la bouche, exprès ou par inadvertance, et tout le monde s’en amuse. Du coup, il recommence en me saisissant les épaules avec son enthousiasme brutal. Il applique sa grosse bouche molle couverte de salive sucrée sur mes lèvres. Je n’ose rien dire parce qu’il est « mongolien » et « qu’il n’est pas méchant ». Après, on reste à table pendant une heure, c’est l’heure du goûter. A François et à moi, on sert du sirop de menthe dans de l’eau. Beaucoup de sirop, peu d’eau. Les adultes boivent des liqueurs d’eau de vie ou du calvados. Je n’aime pas la menthe à l’eau mais je n’ose rien dire « parce qu’on est invités ». La mélodie du Big Ben annonce chaque nouveau quart d’heure, la boite en métal avec la photographie du Mont Saint-Michel sur laquelle est inscrite « Galettes bretonnes » est toujours la même et semble sans fond, la table cirée à carreaux rouges et blancs colle sous mes mains. Dans cette maison tout suinte. J’ai l’impression qu’au moment du départ mes fesses vont rester attachées à la chaise, retenues par des filaments de sucre. Les poignées de porte, la chasse d’eau, les murs, les rideaux, chaque objet est un piège sucré comme celui qui tombe en spirale au-dessus de la table et sur lequel viennent agoniser les mouches. C’est une maison Hansel et Gretel. Je m’imagine séquestrée dans la grange familiale par la Reine du Sucre m’obligeant à ingurgiter à toutes les heures du jour et de la nuit des gâteaux, des sorbets et des morceaux de sucre Candy. Le Prince trisomique essaie de me délivrer par toutes sortes de stratégies mais sa mère finit par l’enchaîner à la grande poutre centrale et le badigeonne de sirop de menthe que de grosses mouches noires viennent lécher de leurs trompes. Pendant ce temps-là, les grands parlent des bêtes, du foin, des gens du hameaux et du temps qu’il fait. Il y a toujours un moment où François insiste pour me montrer sa chambre mais je refuse en prétextant que je n’ai pas fini mes biscuits et ma menthe à l’eau. « Il ne va pas te manger » dit sa mère. Elle a presque l’air fâchée.

    Un jour, j’arrête d’aller chez les Anglin car je déménage à Lyon et que je ne vais plus en vacances chez ma tante Denise. Lors de notre dernière visite, je ne peux pas dire au revoir à François car il est puni dans sa chambre pour avoir mis le feu à la grange familiale. J’embrasse mon Prince trisomique de loin.

  • N.T.M. à l'éventail

    - Vous écoutez du rap, madame ?

    - Oh, vous savez, moi je suis de la génération N.T.M...

    - Je connais !

    - Ça veut dire quoi N.T.M, madame ?

    - NIQUE TA MÈRE, Malik.

    - Ouahahaha ! Elle t'a dit "Nique ta mère" !

    - Je savais c'était quoi. C'était pour vous l'entendre dire.

    - Et quel est l'effet sur l'auditeur, Malik ?

    - Bizarre. Ça va pas trop avec votre éventail...

  • Pigeons

    Avez-vous remarqué que les pigeons citadins empruntent de plus en plus souvent les passages piétons ? Je jurerais même que celui-là même croisé ce matin a effectué un mouvement de tête latéral inquiet et s'y est repris à deux fois avant d'oser s'engager sur la chaussée.
    J'augure mal de ce temps plein de précautions.
    Ces derniers mois, même les poubelles semblent rétives à déborder dans mon quartier.

     

    Les Gens ne se rendent pas compte, Les Éditions le Clos Jouve.

    https://editions-leclosjouve.org/all_page.asp?page=62&article=187

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    photographie : Alexey Bednij

  • La catastrophe

    On ne la voit pas toujours venir la catastrophe

    dit-elle

    ça dépend de l'angle de vue

    ça dépend de la position du corps dans l'espace

    pourtant y a des signes

    disent-ils

    y a toujours des signes

    à la catastrophe à venir

    quoi ?

    un ongle cassé ?

    une cheveu blanc sur le lavabo ?

    la tache de dentifrice sur le pull

    qu'on gratte pendant la réunion ?

    Soyez plus clairs

    dit-elle

    Vous le saurez le signe

    disent-ils

    tenez, vous le sentirez physiquement,

    un souffle sur la nuque

    une douleur au genou

    une sensation de brûlure sur la plante du pied

    du pus dans l’œil

    juste un peu

    une paralysie furtive du coin gauche de la bouche

    une paralysie furtive du coin gauche de la bouche ?

    dit-elle

    Ce sont des images

    ne nous prenez pas au pied de la lettre

    tout cela n'est pas bien grave

    La catastrophe est peut-être déjà là

    si cela peut vous rassurer

    et vous ne la voyez même pas

    Ce ne sont peut être pas des signes que vous devez chercher

    mais les traces mêmes de la catastrophe

    ici et maintenant

    Tenez, votre chat vient de passer trois fois sa patte sur son oreille droite

    une mite alimentaire est en train de pondre ses œufs dans le paquet de céréales bio

    la fissure du plafond du salon ne cesse de s'étirer

    vos cellules déclenchent elles-mêmes quotidiennement leur auto-destruction

    Choisissez VOTRE catastrophe une fois pour toutes

    et n'ayez pas la présomption d'en souhaiter d'autres

    il en faut pour tous

    disent-ils.

     

     

     

    Les gens ne se rendent pas compte, Éditions le Clos Jouve, 2022.

     

     

  • Malentendus

    Bénédicte mit un peu de temps à se rendre compte que celui qu’elle avait pris pour un magnifique ténébreux romantique à l’âme torturée et passionnée n’était en réalité qu’un gros chieur narcissique et égocentrique.
     
    Marcus mit un peu de temps à se rendre compte que celle qu’il avait prise pour une sublime romantique fragile à l’âme complexe et passionnée était en réalité une grosse chieuse narcissique et égocentrique.

  • c'est signé

    Joe sentit son portable vibrer dans sa poche. Sa femme lui envoyait le dialogue entier de la conversation amoureuse qu’il venait d’avoir avec Barbara à la terrasse de ce café sétois. Tous les mots étaient presque exactement retranscrits. Il tendit l’écran à Barbara qui regarda paniquée autour d’elle. Elle ne tarda pas à découvrir Bénédicte, deux terrasses plus loin qui leur fit un petit geste de la main : « Coucou ! » et signa un : « A ce soir, mon chéri !» avant de re-suçoter la paille de son Schweppes.
     
    Les couples adultères ne sont jamais assez prudents ; les couples adultères sourds et muets doivent redoubler de vigilance…

  • La Belle et la Bête

    Greta Garbo, regardant La Belle et la Bête de Cocteau, s'est écriée à la fin du film, voyant apparaître la Bête sous les traits de Jean Marais :
     
    "Rendez-moi ma magnifique bête !".

  • Ma dernière parution

    DURES COMME LE BOIS, un recueil de nouvelles écrit à quatre mains qui explore les zones grises de notre époque et n’évite aucun terrain glissant. Si ce recueil était un végétal, ce serait assurément un cactus. Si ce recueil était un animal, ce serait le crocodile de Michaux qui rappelle dans Face aux verrous: «Ce n’est pas au crocodile à crier : Attention au crocodile ! »

    Judith Wiart & Frédérick Houdaer, éditions Sous le Sceau du Tabellion.

    Pour commander le livre en ligne : https://www.sceaudutabellion.fr/catalogue

     

     

     

  • Godard 2018

    ferreol.gif

     
    - Tu vois mes muffins à la praline dans la glace ?
     
    - Oui.
     
    - Tu les trouves jolis ?
     
    - Oui.
     
    - Et mon sauté de veau au chorizo, tu l'aimes ?
     
    - oui.
     
    - Tu l'aimes mon pain aux olives aussi ?
     
    - Oui. J'aime beaucoup ton pain.
     
    - Et ma tarte à la tomate-moutarde ?
     
    - Aussi.
     
    - Tu vois mon pot-au-feu dans la glace ?
     
    - Oui
     
    - Tu les trouves jolis mes plats à l'ancienne ?
     
    - Oui.
     
    - Et ma tarte au potimarron-châtaignes, tu l'aimes ?
     
    - Oui, énormément
     
    - Qu'est-ce que tu préfères ? La mie de mon pain ou la croûte de mon pain ?
     
    - J'sais pas. C'est pareil.
     
    - Et mes rillettes de thon, tu les aimes ?
     
    - Oui.
     
    - Moi, je trouve qu'elles ne sont pas assez citronnées.
     
    - Non...
     
    - Et mes crevettes au gingembre ?
     
    - Oui, je les aime.
     
    - Tu aimes tout ? Mes pâtisseries, mes ragoûts, mes tartes salées ?
     
    - Oui, tout.
     
    - Donc, tu m'aimes totalement ?
     
    - oui. Je t'aime totalement, tendrement, tragiquement.
     
    - Moi aussi.                    Tu me passes la Piccalilli ?

     

  • festival de poésie

    Pendant que la poétesse met le sexe de son amant dans sa bouche – du moins, dans son texte de lecture publique – la petite fille brune et concentrée assise au premier rang observe, elle, les déplacements rapides d’une fourmi noire sur son bras qu’elle contorsionne gracieusement pour aider l’insecte à déambuler le plus longtemps possible sur sa peau parsemée de grains de beauté.

  • L'ado femelle

    L'ado mâle se trouve souvent bien décontenancé face aux réactions de l'ado femelle qui s'accroche à son cou.

     

    Celui-là, par exemple, pris au piège dans le métro, ne peut plus regarder sur sa droite ni sur sa gauche sans recevoir une petite tape sur la tête ou sur la nuque. L'ado femelle a tracé un périmètre de sécurité autour de son ado mâle et manifeste son affection à coups de tête plus ou moins brutaux sur l'épaule de son jeune amoureux.

     

    Puis, elle tend son écran de smartphone à hauteur de ses yeux jusqu'à le faire loucher et lui pose une question qui n'appelle aucune réponse :

     

     

    - Elle est moche, hein, Léa ?

  • fais le job

    Fais le job

    quel qu’il soit

    selon ton talent

    fais-le

    La cantinière

    en temps de révolution

    n’est pas moins importante

    que le soldat du front

     

    Si tu sais faire le pain

    malaxe la pâte

    Si tu sais penser

    prends le temps d’expliquer

    Si tu sais fédérer

    organise

    Si tu sais te battre avec les poings

    cogne

    Si tu sais soigner

    panse

    Si tu sais construire des maisons

    maçonne

    Si tu sais le banjo

    joue

    Si tu sais écrire

    prends ton stylo

    Si tu sais peindre

    prends ton pinceau

    Si tu sais voir

    filme

    Si tu sais garder les troupeaux

    veille

    Si tu sais faire pousser les radis

    sème

    Si tu sais méditer

    médite

    Si tu sais prier

    prie

     

    Si tu ne sais rien faire de spécial

    lis

    contemple les tableaux

    regarde les films

    les paysages

    déguste le pain

    le radis

    C’est beaucoup

     

    Si c’est encore trop demander

    alors dors quelque temps

    nous viendrons te réveiller

    peut-être un jour

    si tout ne s’est pas effondré

    d’ici là

     

     

     

     

     

     

     

    Polaroid, Pointe courte, Sète. Été 2019.

  • Papi-chocolat

    Deux-trois choses que je sais de lui.

    1. Je l’appelais papi-chocolat parce qu’il était boulanger-pâtissier à Corbehem et qu’on repartait toujours avec des tablettes de chocolat au lait quand on passait à la boulangerie. J’aimais l’odeur du pétrin et du four à pain. Parfois, je roulais des croissants que j’enfournais moi-même avec la grande pelle.
    2. Il faisait de la sérigraphie et de la photographie. Il a gagné les premiers prix de concours dans les années 60-70 pour des images de mines en friche, de terres désolées du Nord et de gueules de coron. Plus tard, il emmenait des jeunes femmes dans sa cave transformée en atelier pour les prendre en photo toutes nues. A cette époque, les brunes et les blondes avaient toutes la même coiffure, une coupe à la Stone. Mon cousin Laurent s’était exclamé en voyant l’un de ces portraits nus : C'est maman ! – Mais non, avait ri papi, ta maman ne pose pas pour moi, voyons ! Moi, je m’inquiétais pour elles car je craignais qu’elles ne prennent froid : c’était aussi l’endroit où mamie conservait ses confitures au frais.
    3. Il portait toujours sur lui un peigne en corne qu’il sortait régulièrement de la poche arrière de son pantalon pour replacer sa mèche. Il me faisait un clin d’œil et disait : Y a pas à dire, je suis beau.
    4. Il avait été un temps franc-maçon puis s’était fait virer parce que finalement c’était tous des cons. J’ai longtemps cru que ces gens faisaient partie d’une communauté de maçons intègres et je ne comprenais pas pourquoi papi-chocolat s’était disputé avec d’honnêtes ouvriers. « C’est à cause de sa trop grande gueule » m’avait-on expliqué plus tard. Je n’en sus pas plus.
    5. Il jouait du saxo et de la clarinette.
    6. C’était un anar de droite, lecteur de Céline et de Nabe. Ses sérigraphies étaient antiaméricanistes, antisocialistes, anticonsuméristes. Un peu anti-tout vu que le monde ne donnait à voir qu’"un spectacle affligeant de médiocrité et de mauvais goût sans fin".
    7. Quand il est mort, je suis allée rendre ses derniers emprunts à la bibliothèque municipale de Douai : La Nouvelle extrême-droite de C.Bourseiller, Full metal Jacket et Le Déclin de l’Empire américain.

    - Il y a une amende pour retard, m’a dit la bibliothécaire

    - Je lui ferai savoir, ai-je répondu.

    Il m’a donné un petit coup de coude dans les côtes et m’a lancé un dernier clin d’œil en se recoiffant.

  • Invasions barbares

    Hier on m’a annoncé l’invasion de l’Ukraine par la Russie
    Hier on m’a annoncé une invasion barbare dans le corps de mon chat
    Sous la forme d’une tumeur des vaisseaux sanguins
    Lui ne le sait pas
    Il dort alangui de tout son long
    Aux rayons du soleil de midi
    Aussi préoccupé de la guerre
    Qu’il l’est de son cancer du sang
    Il ronfle doucement
    Combien de temps encore
    1 an ?
    6 mois ?
    Il cherche de tout son corps de chat
    La meilleure position pour profiter de la chaleur hivernale
    C’est son unique quête
    Son seul projet présent et à venir
    Trouver le lieu le plus douillet
    S’abandonner à la plus parfaite indolence
    Comme le font tous les chats depuis le début des chats
    Ses cellules peuvent bien faire ce qu’elles veulent pendant ce temps-là
    Et les invasions barbares de tous les temps hurler à la victoire

  • le paysan du coin

    le touriste dit au paysan du coin

    que sa femme a des aïeux dans le hameau

    une arrière-grand-tante et de lointains cousins

    qu’il pense acheter dans la région

    pour un retour à l’essentiel

    pour un retour aux sources

    pour enfin côtoyer de vrais gens

    authentiques

    étrangers aux intérêts urbains

    et aux polémiques stériles

    le touriste explique au paysan du coin

    comment s’occuper de sa terre

    comment labourer son champ

    comment créer une coopérative

    comment développer une agriculture biologique

    qui respecte les hommes et l’environnement

    et protège les générations futures

     

    il va pleuvoir, je rentre

    dit le paysan du coin

    au touriste qui lève la tête

    sur un ciel bleu

    que rien

    jusqu'au soir

    ne viendra perturber

     

  • Les gens ne se rendent pas compte

    Pour le commander : https://editions-leclosjouve.org/all_page.asp?page=62&article=187

     

    A bientôt !

     

     

     

     

  • L'ennui

    Chacun de nous se désennuie comme il peut. Lui en collectionnant des boutons de manchette, elle en rédigeant une thèse sur les éléments linguistiques de la cohérence textuelle, lui en photographiant des graines germées, elle en écrivant des poèmes sur la mort. Les hommes et les femmes préhistoriques eux-mêmes, une fois accomplis les gestes vitaux, s’adonnaient à des pratiques diverses pour chasser le cafard : art pariétal, fabrication de percussions, chant et flute, collection d’os et de griffes de smilodon. L’ennui n’est donc pas un problème en soi. Le hic, depuis les origines, vient du côté de ceux qui pour se désennuyer cherchent querelle à leur voisin. Ils sont nombreux. Mais pires encore sont ceux qui nous assomment de leurs fats discours. 

      A ceux-là, nous avons envie de dire, avec la Marquise du Deffand : Mes chers, « contentez-vous de vous ennuyer, abstenez-vous d'ennuyer les autres ». L’une des paroles les plus sages jamais prononcées sur cette terre et que feraient bien de méditer nombre de nos contemporains.

  • Zébulon

    L’homme se dévisse la tête pour regarder la fille assise derrière sa femme, son cou s’allonge comme le corps de Zébulon dans le manège enchanté, penche en alternance à droite à gauche, pour voir la fille dans le dos de sa femme. L’homme se fout de ce que la femme raconte et elle se fout de ne pas être écoutée, elle continue de produire une logorrhée sans fin, les mots accrochés les uns aux autres, sans pause, sans attente de réponse ou d’assentiment. Le cou de l’homme s’étire tant et si bien qu’il va finir par s’enrouler autour du corps des clients du café qui passent à côté de la table, la femme continue de parler, l’homme continue de ne pas écouter, une absence mutuelle à l’autre vécue sans drame, une habitude de vie commune solitaire, deux corps juxtaposés comme deux phrases sans lien logique.

    La fille quitte le bar, le cou de l’homme reprend une forme normale, il est surpris de se retrouver devant sa femme qu’il avait oubliée :

     

    - Tu m’as posé une question ?

     

    - Non.

     

     

     

    Photo d'une oeuvre de Céline Cléron

  • Du rififi en forêt


    - Chérie ! Qu’est-ce que c’est que cette horreur ?

    - Quelle horreur ?

    - Ça !

    - Ah, ça ! Un être humain empaillé. Foxine Renard en a acheté un la semaine dernière. Je l’ai vu lors de notre réunion des Carnassières Libertaires. Un superbe ouvrage. Elle a choisi une femelle européenne. Pour l’anniversaire de son aîné.

    - Tu parles d’un cadeau… Et nous, on a quoi là ?

    - Un mâle asiatique. J’ai longtemps hésité, mais j’ai pensé que celui-là irait bien à côté de la cheminée. Tu vois, à côté de la griffe de ton grand-père.

    - Mais, ça va faire peur aux enfants !

    - Tu rigoles ? Au contraire, les enfants vont A-DO-RER. D’ailleurs, je pensais organiser une sortie pédagogique chez un taxidermiste pour les petits quadrupèdes de la forêt.

    - Hein ?

    - Ils verront toutes les étapes, de la conservation à l’empaillage. Et c’est en lien direct avec le cours de Cycle 3 sur Les domaines naturels & Les domaines techniques.

    - C’est encore une idée de la folle Renard, ça ?

    - Et voilà ! Tu détestes mes copines !

    - La semaine dernière, c’était quoi ? De la peau d’humain en guise de descente de lit !

    - C’est distingué.

    - Tu parles ! C’est moche, c’est lisse, ça glisse et c’est froid. Y a même pas de poils !

    - C’est pas de leur faute, aux humains…

    - Mais, eux, quand ils achètent notre fourrure, c’est parce que c’est doux et chaud et beau ! Tu comprends le concept ?

    - Pfff, ce que tu es vieux jeu… Les concepts, c’est fait pour être bousculé !

    - Je te jure que si tu me ramènes une tête décorative pour noël, je demande le divorce.

    - Justement, je voulais te…

    - JE M’EN VAIS !

    - Nounours... Reviens ! NOUNOURS !!

     

     

     

     

    Photo : Elise Mansot

  • le jeu

    J’essaie de jouer le jeu depuis le début. On ne peut pas dire que je ne fasse pas d’effort. Je pourrais rejoindre ceux qui l’ont abandonné depuis longtemps : ils sont à l’asile ou dans une grotte lointaine. Mais je n’ai le courage ni des fous ni des sages. J’écris des textes qui parfois disent que je ne joue plus : le fait de poser un seul mot sur une feuille dénonce déjà la supercherie. Tout écrit est une justification.
    Ne plus jouer consisterait à faire silence, à rejoindre la fixité des morts. Peut-être, un jour. Pas maintenant.
    Je jette tous les mots du dictionnaire à la benne. J’en garde deux seulement, que je ne dirai pas.

  • l'arbre sans vent

    Je regarde parfois cet arbre dont les feuilles dansent secouées par le vent devant ma fenêtre en imaginant quelques secondes que le vent n’existe pas. Le vent n’existe pas mais les feuilles bougent cependant.
     
    Ce n’est pas facile à imaginer.
     
    J’ai dû m’y essayer à plusieurs reprises, parce qu’au début, j’avais du mal à me départir de l’idée du vent. Je savais qu’il était là. Et pourtant, le vent n’est perceptible, en dehors de sa musique, que par l’agitation des éléments qu’il fait se mouvoir.
     
    Posez un double vitrage entre vous et lui, plus aucun son ne vous parviendra et vous ne percevrez plus que le balancement des feuilles et des branches.
     
    Alors, au bout de plusieurs tentatives - trois, quatre, cinq - l’arbre finit par danser seul. Le vent n’existe plus.
     
    L’arbre devant la fenêtre crée sa propre chorégraphie dans l’espace, juste pour vous. C’est le moment où il faut l’applaudir pour le remercier de ce spectacle prodigieux et rare.
     
    Avant que l’appréhension du vent ne revienne. Parce qu’elle revient toujours.
     
    Oui, je vous ai prévenus, c’est un exercice difficile.

  • Longtemps, il pensa que si sa poésie était fade, c'était parce qu'il ne souffrait pas suffisamment

    Longtemps, il pensa que si sa poésie était fade, c'était parce qu'il ne souffrait pas suffisamment. Il n'avait même pas eu la chance de vivre une enfance calamiteuse comme certains de ses confrères. Considérant que sa vie n’était pas assez pourvoyeuse de malheurs, il décida, un jour, de tremper sa plume dans le sang de scarifications qu’il prenait soin de s’infliger quotidiennement à l’aide d’une petite lame de rasoir bien affutée. Comme il n’avait pas eu soin de l’aseptiser régulièrement, il chopa une vilaine septicémie et son corps fut bientôt recouvert de cicatrices purulentes à vif.
     
    Il souffrit beaucoup. Beaucoup. Étrangement, sa poésie ne s’en trouva ni pire ni meilleure.

  • Profondeur

    Un ridicule qui traverse les âges : la posture (l'imposture) de la profondeur. Dans les domaines de l’art, de la poésie, de la littérature ou de la spiritualité.

    Le choix de la posture de la superficialité m’est toujours apparue plus noble et surtout moins décevante quand finit par se révéler la supercherie.

  • Clémentine et Banane

     

    Clémentine, assistante d’éducation (terminologie qui a pris le relai de « pionne » dans les années 2000) a créé un atelier d’ « éducation au féminisme et à la sexualité » dans un lycée professionnel du bâtiment et des TP de la banlieue lyonnaise.

    12h30, salle du foyer. Des élèves autour de plusieurs tables en U : Cynthia, Marion et trois autres adolescentes.

     

    Cynthia

     

    Hé ! Clémentine, ça va ça, comme slogan ?

    ME TOUCHE PAS PELO OU JE TE DEFONCE LE CERVO

     

    Clémentine

     

    Oui, c’est bien Cynthia, pas mal… Peut-être un peu agressif…

     

    Cynthia

     

    Quoi agressif ? T’as dit que les mecs y z’ont pas le droit de nous toucher sans qu’on soit d’accord, le message il est clair là, non ? Le premier qui me touche, je lui dézingue sa mère.

     

    Les trois filles en chœur

     

    Ouais, les Cailleras !  JEAN-JO en force !

     

     Clémentine

     

    Oui, bon, les filles, calmez-vous. Il faut qu’on avance. Vous n’avez fait que deux affiches, ça fait deux semaines qu’on est dessus, il faut qu’on soit prêtes pour le 8 mars… Marion, tu me laisses lire ta proposition ? … (Marion tend sa feuille Canson, Clémentine lit) « Les garçons et les filles, main dans la main à Jean Jaurès »…

     

    Cynthia

     

    « main dans la main » ? T’es dingue toi ? T’as entendu ce qu’on a dit la dernière fois à l’atelier ? On fait des slogans pour que les gars ils comprennent que notre corps y z’y ont pas accès, c’est NON ; et toi, tu veux qu’ils nous tiennent la main ? T’es à la ramasse comme d’habitude !

     

    Clémentine

     

    Cynthia, Marion a le droit de s’exprimer. Son message est une invitation à la pacification des relations entre garçons et filles. C’est ça, Marion ?

     

    Marion

     

    Oui, c’est ça… Dis, Clem, Je peux te dire quelque chose ? Ça me gêne des fois ce qui se dit dans l’atelier, ce qui s’y passe…

      

    Clémentine

     

    Tu veux dire que parler de sexualité te gêne, c’est ça ? Tu penses que ce qui a trait à la sexualité est tabou… sale ?

     

    Cynthia

     

    Ouais, c’est dég le sexe, grave !

     

    Clémentine

     

    Cynthia, c’est pas à toi que je m’adresse.

     

    Marion

     

    Non, non ; c’est pas du tout ça. A la maison on parle de tout ça, j’ai pas de problème avec ça, au contraire, je participe à cet atelier parce que je sais que tout le monde n’a pas cette ouverture et que c’est la source de beaucoup de malentendus entre garçons et filles justement. C’est bien que cette action ait lieu dans un lycée du bâtiment où les filles sont minoritaires.

     

    Cynthia

     

    Allez, vas-y, elle refait son intelligente et blablablabla… C’est bon, dégage avec tes grands mots…

     

    Clémentine

     

    Tu n’es pas choquée alors ?

     

    Marion

     

    Non, pas du tout. Je voulais te parler de l’action que tu as proposée la semaine dernière… que tu as appelée : « Commando Banane ».

     

    Cynthia

     

    C’est quoi ça ? J’étais pas là, Clémentine ! Clémentine-Banane, haha, la vie de ma mère, morte de rire les gars ! (rire des trois filles)

     

     Clémentine

     

    Alors, oui, pour les absentes, je rappelle : des filles m’ont rapporté que quand elles mangent des bananes à la cantine, des garçons font des gestes déplacés. Du coup, elles n’osent plus en manger.

     

    Cynthia

     

    Quels gestes ?

     

    Clémentine

     

    Ben, vous savez, des gestes avec une banane dans la bouche… comme ça…

     

    Cynthia

     

    Des gestes de grosses pipes, quoi !

     

    Clémentine

     

    Oui, voilà des gestes mimant une fellation.

     

    Cynthia

     

    Sales chiens ! Le mec qui me fait ça, je le défonce à coup de plateau cantine.

     

    Clémentine

     

    Oui, donc… je proposais que le 8 mars, lors de notre journée de sensibilisation au respect des filles et des femmes dans la société, les filles prennent toutes des bananes à la cantine et les mangent bien en évidence devant les garçons en disant : humm, c’est bon les bananes, j’aime manger des bananes en prenant le temps de les déguster longuement devant eux. Comme un message, vous comprenez, une réappropriation du fruit et du plaisir qu’une fille peut avoir à le manger sans arrière-pensée. Quelque chose te gêne là-dedans, Marion ?

     

    Marion

     

    Tu ne trouves pas que c’est une provocation un peu… puérile ?

     

    Cynthia

     

    Putain, mais dis des mots qu’on comprend !

     

    Clémentine

     

    Puérile… Que veux-tu dire par là, Marion ?

     

    Cynthia

     

    Tu vois, même Clem, elle comprend pas quand tu parles.

     

    Marion

     

    Je veux dire que ça n’aura pour effet que de rendre les garçons plus agressifs, non ? Ils vont se sentir mal et vont réagir violemment. Et puis, tous les garçons à la cantine ne se conduisent pas comme ça, on met tout le monde dans le même panier, ça risque de gêner ceux qui n’y sont pour rien… Enfin, je sais pas, je trouve que c’est pas une bonne idée…

     

    Clémentine

     

    Décidément, Marion, aucune de mes idées ne te plait, c’est comme ça depuis le début. Tu rechignes à tout. Tu penses qu’on peut faire évoluer les mentalités avec des slogans tout mous comme les tiens ? « main dans la main ». Cynthia a raison, ça manque de… poigne !

     

    Cynthia

     

    Ça manque de couilles ! Clem, passe-moi une banane, je vais lui montrer comment on fait sa chaude … hummmm ouiiii… BANANAAAAA !

    (rire des trois filles)

     

    Marion

     

    C’est comme les badges…

     

    Clémentine

     

    Quoi ? Les badges maintenant. Ils ne te plaisent pas non plus ?

     

    Marion

     

    Je ne me vois pas porter un badge sur lequel est inscrit en gros JE SUIS UNE PUTE.

     

    Clémentine

     

    Et pourquoi donc ?

     

    Marion

     

    Je comprends bien que tu veux reprendre les phrases que les filles entendent de la bouche des garçons, jouer sur l’effet miroir, mais je pense que ce sera contre-productif au lycée.

     

    Clémentine

     

    Tu prends les autres pour des imbéciles en fait, Marion ? Tu penses que toi seule es apte à comprendre l’ironie, le second degré, l’humour mais que les autres sont des truffes, c’est ça ?

     

    Marion

     

    Je crois que je vais quitter le projet, en fait, Clémentine. C’est pas contre toi, hein, tu fais ce que tu peux mais…

     

    Clémentine

     

    Je fais ce que je peux ?! Non, mais tu t’entends petite sainte nitouche ? Je suis en master de sociologie, je suis en train de rédiger un mémoire sur les discriminations genrées dans les sociétés occidentales et tu viens me donner des leçons de pédagogie ?!

     

    Marion

     

    Non, pas du tout… je…

     

    Clémentine

     

    Très bien, vas-y, la porte est grande ouverte.

     

    Cynthia

     

    Ouais, dégage, l’intello ! Va sucer les CAP maçons !

     

    Clémentine

     

    CYNTIA ! SHUT UP !

  • Les villes des mois d'août

    Les villes des mois d’août sont comme vides de tout
    Et cependant emplies de pauvres et de fous.
    Celui-là, sur un banc, mange un gros bout de mou
    Tandis que sa voisine le regarde, debout.
     
    Toi, voyeuse cachée, bien planquée dans un coin
    Penses-tu ô naïve échapper au dessin ?
    Les mois d’août des villes font de tous les présents
    Des complices, des frères, sociétaires du moment.
     
     
     
     
     
     

  • Du Bien et du Mal

    Arrête avec ce pain tu vas faire mourir les canards
    dit la maman à l’enfant qui apprend à six ans
    qu’on peut faire mal en pensant faire bien
    et se demande dans l’instant
    si du coup on peut aussi
    faire bien en pensant faire mal
    pensées en ricochet sur l'eau du lac.

  • mea culpa

    Après avoir diffusé pendant deux ans des vidéos de propagande anti-épilation, prôné la liberté de s’émanciper du joug des diktats qui pèsent sur le corps féminin et exhibé ses poils d’aisselles avec une assiduité militante, la Youtubeuse annonce aujourd’hui à ses 125 K abonné.e.s d’un air grave et solennel sa décision mûrement réfléchie de se raser de nouveau et explique pendant 15 minutes les raisons qui ont conduit à ce revirement qui ressemble à un dédit.
    15 minutes de mea culpa argumenté et étayé pour s’excuser et justifier ce virage comme si les regards du monde entier étaient tournés vers ses poils et ses dessous de bras, comme si de l’existence ou de l’absence de ses poils d’aisselles dépendaient l’évolution des conflits mondiaux, des luttes armées, des suicides planétaires, des famines, de l’esclavage moderne, du chiffre d’affaire d’Amazon, de la faille de San Andreas, de l’équilibre du système cosmique.
    Elle se lève pour saluer ses fans en joignant ses deux mains en signe de contrition. La dernière image de la capsule est un gros plan sur son joli nombril percé.