Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

colonie de vacances

  • Sur leur dos

    telephone.jpg

    Pendant qu'on suçote nos berlingots de lait concentré et que le mono à la guitare joue de la guitare, Géraldine Tomasi perce les boutons d’acné sur le dos de tous les jolis garçons de la colo. C'est la seule faveur qu'ils lui accordent depuis le début du séjour. Ils sont tous amoureux de Katia Bertin qui, elle, est amoureuse du mono à la guitare. Elle lui demande de rejouer La Bombe humaine. Sonia me glisse à l'oreille qu'elle les a vu s'embrasser après la veillée d'hier soir vers les toilettes des filles. Mais tout le monde dit que c'est une mytho.

  • Dernier jour

    On habite Lyon, Paris, Meudon, Avignon, Marseille, Amiens, le Havre

    on se promet de s'écrire, de se revoir, de ne jamais se perdre de vue

    On croit sincèrement que la tribu éphémère qu'on a inventée pendant 15 jours

    va durer toutes nos vies

    Les monos chantent Les retrouvailles de Graeme Allwright devant le car

    et ça fait pleurer tout le monde, même le dirlo

    Les filles amoureuses du mono à la guitare tendent leurs adresses griffonnées sur un morceau de papier

    Les garçons amoureux de Katia Bertin lui offrent un bracelet rasta, un cheval qui change de couleur avec la météo, une broche en coquillage

    je n'ai pas acheté de souvenirs on m'a volé mon argent poche le jour de mon arrivée

    mais j'ai appris à me raser les jambes avec un bic orange

    La veille il y a eu la boum de départ

    le garçon qui n'a pas osé dire durant tout le séjour

    a dit

    On a dansé un slow

    sur Hello de Lionel Richie

    Il avait les mains moites j'étais parfumée au déo Impulse Vanilla

    c'est malin on part demain.

     

     

     

     

     

  • premier baiser

    Le paquet de cigarettes, lancé en l'air, est retombé sur une tranche. C'est pas de pot. Jusqu'à présent, il avait chaque fois atterri sur l'une de ses faces. Le gage-baiser change selon la réception du paquet sur le sol plastifié de la tente.

    Pile : une bise sur la joue.

    Face : un simple baiser sur la bouche (le smack).

    Sur une tranche : un french kiss.

    Suivant la règle du jeu, à contrecœur, je ferme les yeux pour désigner à l'aveugle un garçon dans le groupe faisant face à celui des filles. J'entends un long murmure côté filles, des rires côté garçons. Olivier, le plus beau garçon de la colo (selon le classement des 12-14 ans de sexe féminin) s'avance. Je n'ai aucune envie d'embrasser le plus beau garçon de la colo devant une dizaine d'ados rigolards, avec mon acné, mes cheveux courts, mes pas de seins, mes pas de fesses, mes cuisses de sauterelles et mon appareil dentaire. Je suis prise d'une grande compassion pour Olivier qui attend l'air interrogatif. Je me soumets au gage, rouge, transpirante, consciente du grotesque de la scène.

    Le lendemain, le bruit court dans toute la colo que je suis sortie avec Olivier, ce qui me confère une aura momentanée, rapidement piétinée par le verdict irréductible d'Olivier :

    Elle sait pas embrasser, elle met pas la langue