Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Humeurs - Page 2

  • Poux

    Ce matin, j'apprends que les saumons d'élevage ont des poux et que les plus vulnérables en meurent. C'est même une tragédie, entraînant une chaîne de catastrophes biologiques, selon les chercheurs. L'usage des pesticides salmonicoles, est notamment, préoccupant.

    Pourtant, sachant tout cela, mon inquiétude reste d'ordre pragmatique.

    Comment un saumon victime de poux fait-il pour se gratter ?

    Et une grande affliction s'empare de moi

  • LE MESSAGE

    Chaque fois qu'elle arrive devant une œuvre avec son groupe de centre aéré, la jeune guide du musée des arts modestes de Sète pose la même question :

    Alors, les enfants, QUEL EST LE MESSAGE de l'artiste ?

    Je me mords la langue pour ne pas dire aux enfants, à l'instar de Brel, que non, l'artiste n'est pas un FACTEUR et que, donc, non, il n'a pas forcément un MESSAGE à transmettre.
    En conséquence, ils peuvent cesser de froncer des sourcils dubitatifs et inquiets et se laisser aller sans vergogne à une contemplation immotivée et jubilatoire de ces formidables créations venues de Kinshasa.

    Mais je n'ose pas car, pour la 3e fois, elle demande qu'on réfléchisse EN SILENCE.

  • L'Origine du monde

    Cette manie humaine de vouloir à tout prix résoudre tous les mystères de l'univers...


    Ne pourrions-nous pas d'un commun accord perpétuer quelques ténèbres et silences ? encoffrer jalousement quelques secrets immémoriaux ?

    Et, pour y parvenir doit-on, comme Barbe bleue le suggère, pendre à des crochets tous les pourfendeurs d'énigmes ?

    Il serait fâcheux d'en arriver à ces sortes de solutions extrêmes, j'en conviens. Moi non plus, je n'aime pas trop la violence.

    Mais comprenez.

  • Carpe diem

    Liberté, égalité, fraternité

    quand est-ce devenu un slogan ?

    Carpe diem

    quand est-ce devenu une formule à tatouage ?

    Devenir soi

    quand est-ce devenu une injonction publicitaire ?

     

    A quel moment est-on passé de l'Essence au bavardage ?

    Où est le point de rupture ?

     

    Je ne cesse de me cogner aux conjectures et ça fait des bleus.

     

     

     

  • Non capisco niente

    Je regarde une série norvégienne sans sous-titres
    Je lis les conversations facebookiennes d'une amie suédoise, en suédois
    J'écoute des chansons en langue arabe
    Je feuillette un livre sans images écrit en japonais

    Ne rien comprendre à rien
    de temps à autre
    ça fait du bien.

  • Z...E.P

    C'est quand même drôle cette obsession de vouloir inculquer le "vivre ensemble" dans les "quartiers sensibles" via les programmes scolaires, à des gamins qui ne font que ça,

    VIVRE ENSEMBLE depuis leur naissance.

    Ben oui, zont pas trop le choix de toute façon. On peut pas vraiment se payer le luxe de faire son bégueule et de choisir son voisin et sa belle masure dans certains espaces de vie. Tu te poses là où on te dit et tu vis avec le décor et les gens. C'est tout.
    Et, je te jure que ça vit ensemble sans se poser trop de questions (parce que, parfois, y a de quoi devenir fou, si on s'arrête un peu).

    Mais ce qui est encore plus drôle (c'est une matinée à se gondoler) c'est de penser que ces gens qui prêchent à tout vent le VIVRE ENSEMBLE dans les textes officiels, eux, ne savent pas. Non seulement ils ne savent pas, mais ils ne font pas même semblant de le faire.
    Ils ont fait des études pas ensemble, ils ont des maisons pas ensemble, ils ont des vacances pas ensemble, ils se déplacent pas ensemble. Ou alors, si, mais un tout petit "ensemble" de rien du tout. Un tout petit ensemble tout rabougri. Un petit entre-soi racorni qui les éloigne de jour en jour un peu plus du GRAND ENSEMBLE.

    Alors "vivre ensemble"
    ZOBI
    (comme diraient des que je connais et que je vais retrouver bientôt)

     
  • je ne te connais pas

    La déclaration

    JE NE TE CONNAIS PAS MAIS JE T'AIME

    inscrite sur un mur proche de l'hôpital de la Croix-Rousse m'apparait aussi obscène et importune que le serait une main aux fesses collée par un inconnu au coin d'une rue.

  • impact

    Mais, vous savez bien,
    cher ami,
    que tout est question de relativité.
    Preuve en est qu'un astéroïde
    frôle la terre
    quand il passe à 200 000 km d'elle.

  • Les signes

    On ne la voit pas toujours venir la catastrophe

    dit-elle

    ça dépend de l'angle de vue

    ça dépend de la position du corps dans l'espace

    pourtant y a des signes

    disent-ils

    y a toujours des signes

    à la catastrophe à venir

    quoi ?

    un ongle cassé ?

    une cheveu blanc sur le lavabo ?

    la tache de dentifrice sur le pull

    qu'on gratte pendant la réunion ?

    Soyez plus clairs

    dit-elle

    Vous le saurez le signe

    disent-ils

    tenez, vous le sentirez physiquement,

    un souffle sur la nuque

    une douleur au genou

    une sensation de brûlure sur la plante du pied

    du pus dans l’œil

    juste un peu

    une paralysie furtive du coin gauche de la bouche

    une paralysie furtive du coin gauche de la bouche ?

    dit-elle

    Ce sont des images

    ne nous prenez pas au pied de la lettre

    tout cela n'est pas bien grave

    La catastrophe est peut-être déjà là

    si cela peut vous rassurer

    et vous ne la voyez même pas

    Ce ne sont peut être pas des signes que vous devez chercher

    mais les traces mêmes de la catastrophe

    ici et maintenant

    Tenez, votre chat vient de passer trois fois sa patte sur son oreille droite

    une mite alimentaire est en train de pondre ses œufs dans le paquet de céréales bio

    la fissure du plafond du salon ne cesse de s'étirer

    vos cellules déclenchent elles-mêmes quotidiennement leur auto-destruction

    Choisissez VOTRE catastrophe une fois pour toutes

    et n'ayez pas la présomption d'en souhaiter d'autres

    il en faut pour tous

    disent-ils.

     

     

     

     

     

  • POLAROID

    Le polaroid est à l'appareil photographique ce que la pivoine est à la fleur.
    Lui seul permet une éclosion soudaine et déjà surannée de l'instant.

  • Le jardin d'acclimatation

    Le petit singe de la ménagerie du Jardin d'acclimatation de Paris,

    je ne comprends pas tout de suite ce qu'il fait

    derrière la grande baie vitrée qui nous sépare de lui.

    De sa main droite, il étale une matière terreuse, sombre, sur la surface en verre.

    Il dessine quatre traits d'une vingtaine de centimètres, verticaux, espacés d'un pouce environ.

    Il va chercher derrière lui la glaise et, avec deux doigts, l'écrase de haut en bas, sur le verre.

     

    Je le vois maintenant, 

    il y a des traces de son art pariétal sur toute la longue surface de la cloison vitrifiée. 

     

    Il nous fixe de son regard noir, grave et mélancolique de primate de jardin d'acclimatation

    qui donne de mauvais rêves aux humains,

    et,

    de sa main droite,

    le petit singe de la ménagerie du Jardin d'acclimatation de Paris,

    va chercher la merde fraîchement sortie de son anus

    et

    l'étale,

    encore

    et encore,

    pour matérialiser,

    opiniâtrement,

    méthodiquement,

    toute sa pleine

    exécration de nous.

     

     

     

     

     

  • Zone de convivialité

    Les punks à chiens fument des vaporettes,
    le nouveau porno se déclare "éthique",
    les salariés mobiles apprennent à gérer leur stress grâce au groupe de parole offert par l'entreprise entre midi et deux,
    ce matin, mes apprenants avaient TOUS leurs outils scripteurs.

    Nous voilà entrés dans une zone de convivialité dont on ne peut que se réjouir.

  • Fond de cale


    Miossec, Chanson pour un homme couvert de femmes.

  • Projet conjugal

    - Non, chéri, je n'ai jamais dit que je n'avais pas confiance en ton talent et ta dextérité. Mais je crois, après avoir tout bien pesé, que je préférais ton projet de vente de chouchous sur la plage du Havre...
    - ...
    - Tu peux juste un peu desserrer les liens ? Ça me scie les chevilles ton truc.

     

     

     

     

    illustration : Annie Leibovitz, The Whites stripes.

  • Ligne C3

    Je me demande encore pourquoi,

    hier, dans le bus C3,

    j'ai suggéré à ce jeune homme au regard fou

    qui demandait à son interlocuteur au téléphone

    si son site en ligne vendait bien des armes à feu et des balles de 9mm

    POUR TUER

    de s'adresser,

    peut-être, 

    à La Redoute.

  • Prehistoric women

    Quand il recommençait à faire froid, qu’elle chouinait à cause du message « SYNCHRO KO » sur sa SFRBOX, de la file d’attente à la caisse du super U ou du sac de litière éclaté devant la porte du local poubelles, elle s’obligeait à penser à la vie des femmes du Paléolithique et, précisément, à SA référence de LA femme préhistorique : Martine Beswick dans PREHISTORIC WOMEN (1967).
    La vie n’avait pas l’air facile-facile à cette époque. Ce dieu-rhinocéros blanc avec sa grosse corne belliqueuse, les mâles en rut ininterrompu, les bikinis en peaux de bêtes inconfortables, la chasse en toutes saisons, la gestion compliquée d’une ethnie de blondes au brushing impeccable réduites en esclavage et fomentant une rébellion perfide… tout cela la consolait provisoirement de sa condition de femme moderne et elle reprenait courageusement les choses en main.
    Appeler le 1023 pour cette histoire de box...

  • Shampoing

    - Tu fais partie de ceux qui ferment les yeux ou qui les gardent ouverts, pendant le shampoing, chez le coiffeur ?

    - C'est quoi cette question ?

    - C'est sérieux, c'est la question clé du test de personnalité que je suis en train de créer.

    - Tu me fais flipper parfois.

     

  • Peanuts

    Il se réjouissait de faire partie d'une société dans laquelle on pouvait devenir héroïque à peu de frais. Déposer un ticket de transport en commun encore valide sur une borne de métro était devenu un geste hors-la-loi. On pouvait, aujourd'hui, entrer dans la résistance pour peanuts, ce qui l'arrangeait bien finalement. Il n'avait pas beaucoup de temps à consacrer à une quelconque révolution mondiale en ce moment.

  • La Mare Rouge vous souhaite une grande année 2018

    A VOUS TOU.TE.S, AMI.E.S,

    BON.N.E AN.NEE !

    (ou comment progresser en écriture inclusive en 2018)

  • 2017- stop -

     


  • Spirou

    Cet été, à Bruxelles, j'ai fait pleurer Spirou.