Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

femmes, je vous aime

Le directeur de l’association artistique me dit : « Et dans mon équipe, il y aura essentiellement des femmes. »
- Ah bon ? Pourquoi ?
- Parce que je veux valoriser les femmes, les rendre plus visibles.
- Ah.
- Oui, les femmes apporteront une autre vision, elles ont un rapport au monde différent, plus sensible.
- Ah ? Les femmes ont un rapport au monde plus sensible ?
- Oui, c’est sûr. Et le rapport au pouvoir est différent aussi.
- Vous pensez que dans une équipe essentiellement féminine les rapports de pouvoir seront atténués ?
- Oui, bien sûr.
- Vous êtes sérieux ?
- Pardon ?
- Non, rien.
- Vous n’avez pas l’air convaincue. Vous ne croyez pas à la discrimination positive ? A la parité ? Aux quotas ?
- Non.
- Comment ça ? Mais vous n’avez pas confiance dans « la femme » ?
- Autant que dans « l’homme » : je crois en l’individu responsable. Et en la mixité à tous les niveaux, sur tous les plans. Si vous donnez le pouvoir à un groupe quel qu’il soit, les mêmes mécanismes se mettent en branle, ce n’est pas une question de genre.
- Hé bien moi, je suis féministe, je soutiens la lutte des femmes. Vous devriez être reconnaissante !
- Pas sûre qu’elles vous aient demandé quelque chose. Mais ça part d’une bonne intention. C’est gentil de votre part.
- Vous vous foutez de moi ?
- Non, cela ne se peut. Les femmes sont des êtres sensibles et sans malice.
- Bien, je crois qu’on va s’arrêter là.
- Vous ne me voulez pas dans votre harem finalement ?
- MON ASSOCIATION ARTISTIQUE !
- Oui, pardon, je suis confuse, je confonds les mots parfois.

Les commentaires sont fermés.