Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Gimmick

    En 2033, les scientifiques créèrent une puce électronique capable de déceler les signes d'infidélité amoureuse et sexuelle au sein des couples. Cette invention fit tout de suite un tabac. La plupart des amoureux voulurent se procurer ce système de test irréfutable tant et si bien que la firme qui avait acheté le brevet se trouva rapidement en rupture de stock. Le gadget devint le premier cadeau des listes de mariage et celui que s'offraient, dans les premiers mois de leur relation, les jeunes couples certains de leur amour infaillible.

    La puce implantée à la base de la nuque était reliée à un boîtier en possession du conjoint. Dès les premiers frissons de tromperie, l'autre en était informé. Bien sûr, il existait une échelle graduelle de l'adultère. La puce était extrêmement subtile et précise. Elle n'attendait pas un coït ou un baiser pour signaler l'infidélité. Non. Elle envoyait une alarme au moindre trouble ressenti en présence d'un autre être humain. Un échange en MP avec un(e) inconnu(e) sur facebook, un croisement de regards à la boulangerie, un effleurement de bras dans les transports en commun provoquaient dans l'instant une réaction de la puce qui envoyait au partenaire l'information accompagnée d'une analyse fine de l'émotion ressentie.

    En quelques mois on assista à une ascension exponentielle du taux des divorces et séparations. Du jamais vu dans l'histoire de l'humanité. Les villes et les campagnes du monde explosaient hystériquement à chaque coin de rue. On voyait sur les trottoirs des hommes supplier à genoux leurs compagnes, criant, niant, jurant sur tous les dieux leur fidélité, leur amour inconditionnel. On voyait des femmes s'accrocher aux jambes de leurs compagnons se lamentant, clamant leur allégeance et leur adoration. On a même vu à cette époque des scènes sanglantes d'auto-mutilation et d'extraction de puces à vif sur la place publique.

    La faillite de l'entreprise internationale fut aussi instantanée que l'avait été son succès (cependant, les dirigeants avaient eu le temps d'amasser un beau pécule leur permettant d'investir dans un nouveau gimmick révolutionnaire).

    Peu à peu la vie reprit son cours. Les amants s'observaient à présent avec un peu plus de suspicion qu'avant la chose mais se gardaient bien de trouver les moyens de donner raison à leurs doutes.

     

     

     

     

     

    Image : Celos por Julio Romero De Torres (1920). Joaquín Alcaide de Zafra

  • ficoïde glaciale

    En matinée, chez Danny, son coiffeur attitré, elle refit sa couleur Rose Gold châtain. Puis, elle passa deux heures à l'institut de beauté pour un gommage de cellulite, un modelage anti-ride à la Ficoïde glaciale et une épilation intégrale. En début d'après-midi, elle acheta un nouvel ensemble culotte-soutien gorge en soie couleur prune dans une petite boutique de dessous chics du 6e arrondissement. Dans la cabine d'essayage, devant le miroir, elle félicita son assiduité aux cours de fitness et d'abdos-fessiers (son maître spirituel aurait loué sa bienveillance envers elle-même). De retour chez elle, elle prit le temps de choisir la toilette la plus élégante de sa garde-robe, une petite robe noire sexy juste ce qu'il fallait pour son âge. Elle chaussa ses escarpins vernis de 7 cm et glossa ses lèvres avec le dernier Guerlain rouge infini.

    Quand elle arriva au cocktail annuel des magistrats du parquet, son mari lui offrit une coupe de champagne, puis passa la soirée à discuter avec la nouvelle stagiaire du procureur général.

    Elle s'ennuya beaucoup, comme d'habitude.

     

     

     

     

    Morning Sun by Edward Hopper

  • Sur leur dos

    telephone.jpg

    Pendant qu'on suçote nos berlingots de lait concentré et que le mono à la guitare joue de la guitare, Géraldine Tomasi perce les boutons d’acné sur le dos de tous les jolis garçons de la colo. C'est la seule faveur qu'ils lui accordent depuis le début du séjour. Ils sont tous amoureux de Katia Bertin qui, elle, est amoureuse du mono à la guitare. Elle lui demande de rejouer La Bombe humaine. Sonia me glisse à l'oreille qu'elle les a vu s'embrasser après la veillée d'hier soir vers les toilettes des filles. Mais tout le monde dit que c'est une mytho.