Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pigeons

    Avez-vous remarqué que les pigeons citadins empruntent de plus en plus souvent les passages piétons ? Je jurerais même que celui-là même croisé ce matin a effectué un mouvement de tête latéral inquiet et s'y est repris à deux fois avant d'oser s'engager sur la chaussée.
    J'augure mal de ce temps plein de précautions.
    Ces derniers mois, même les poubelles semblent rétives à déborder dans mon quartier.

     

    Les Gens ne se rendent pas compte, Les Éditions le Clos Jouve.

    https://editions-leclosjouve.org/all_page.asp?page=62&article=187

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    photographie : Alexey Bednij

  • La catastrophe

    On ne la voit pas toujours venir la catastrophe

    dit-elle

    ça dépend de l'angle de vue

    ça dépend de la position du corps dans l'espace

    pourtant y a des signes

    disent-ils

    y a toujours des signes

    à la catastrophe à venir

    quoi ?

    un ongle cassé ?

    une cheveu blanc sur le lavabo ?

    la tache de dentifrice sur le pull

    qu'on gratte pendant la réunion ?

    Soyez plus clairs

    dit-elle

    Vous le saurez le signe

    disent-ils

    tenez, vous le sentirez physiquement,

    un souffle sur la nuque

    une douleur au genou

    une sensation de brûlure sur la plante du pied

    du pus dans l’œil

    juste un peu

    une paralysie furtive du coin gauche de la bouche

    une paralysie furtive du coin gauche de la bouche ?

    dit-elle

    Ce sont des images

    ne nous prenez pas au pied de la lettre

    tout cela n'est pas bien grave

    La catastrophe est peut-être déjà là

    si cela peut vous rassurer

    et vous ne la voyez même pas

    Ce ne sont peut être pas des signes que vous devez chercher

    mais les traces mêmes de la catastrophe

    ici et maintenant

    Tenez, votre chat vient de passer trois fois sa patte sur son oreille droite

    une mite alimentaire est en train de pondre ses œufs dans le paquet de céréales bio

    la fissure du plafond du salon ne cesse de s'étirer

    vos cellules déclenchent elles-mêmes quotidiennement leur auto-destruction

    Choisissez VOTRE catastrophe une fois pour toutes

    et n'ayez pas la présomption d'en souhaiter d'autres

    il en faut pour tous

    disent-ils.

     

     

     

    Les gens ne se rendent pas compte, Éditions le Clos Jouve, 2022.

     

     

  • Malentendus

    Bénédicte mit un peu de temps à se rendre compte que celui qu’elle avait pris pour un magnifique ténébreux romantique à l’âme torturée et passionnée n’était en réalité qu’un gros chieur narcissique et égocentrique.
     
    Marcus mit un peu de temps à se rendre compte que celle qu’il avait prise pour une sublime romantique fragile à l’âme complexe et passionnée était en réalité une grosse chieuse narcissique et égocentrique.

  • c'est signé

    Joe sentit son portable vibrer dans sa poche. Sa femme lui envoyait le dialogue entier de la conversation amoureuse qu’il venait d’avoir avec Barbara à la terrasse de ce café sétois. Tous les mots étaient presque exactement retranscrits. Il tendit l’écran à Barbara qui regarda paniquée autour d’elle. Elle ne tarda pas à découvrir Bénédicte, deux terrasses plus loin qui leur fit un petit geste de la main : « Coucou ! » et signa un : « A ce soir, mon chéri !» avant de re-suçoter la paille de son Schweppes.
     
    Les couples adultères ne sont jamais assez prudents ; les couples adultères sourds et muets doivent redoubler de vigilance…

  • La Belle et la Bête

    Greta Garbo, regardant La Belle et la Bête de Cocteau, s'est écriée à la fin du film, voyant apparaître la Bête sous les traits de Jean Marais :
     
    "Rendez-moi ma magnifique bête !".

  • Ma dernière parution

    DURES COMME LE BOIS, un recueil de nouvelles écrit à quatre mains qui explore les zones grises de notre époque et n’évite aucun terrain glissant. Si ce recueil était un végétal, ce serait assurément un cactus. Si ce recueil était un animal, ce serait le crocodile de Michaux qui rappelle dans Face aux verrous: «Ce n’est pas au crocodile à crier : Attention au crocodile ! »

    Judith Wiart & Frédérick Houdaer, éditions Sous le Sceau du Tabellion.

    Pour commander le livre en ligne : https://www.sceaudutabellion.fr/catalogue