Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ligne 14

Que fait cet homme avec cette femme qui le maltraite du regard dans le wagon n°2 de la ligne 14 du métropolitain ? Le rictus de la femme était-il déjà perceptible au moment du « oui » devant le maire de la bourgade ? Quelqu’un l’a-t-il perçu ? Quelqu’un aurait-il pu prévenir l’homme alors ?

Car une grimace de cette sorte n’apparait pas en un jour sur le visage. Elle s’installe en amont de la fixation, se cherche, se demande durant de longues années si elle va se crisper sur sa droite ou sur sa gauche. Tel le termite qui ronge son bois de l’intérieur, grignote la poutre consciencieusement jour après jour, seconde après seconde et fait œuvre de destruction à l’insu de tous jusqu’à l’effondrement de la structure, le rictus a dû lui aussi préparer son surgissement spectaculaire pour être enfin là, visible, ostensible, manifeste un matin de mai dans le wagon n°2 de la ligne 14 du métropolitain fixant l’homme qui regarde ailleurs.

 

Qui sait comment ces choses arrivent.

Qui sait combien de temps on peut rester marié à un rictus.

Les commentaires sont fermés.