Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

éternel féminin

L'ami,

de femme à homme, n'as-tu pas l'impression qu'ils sont un peu lisses tes hommages au corps féminin, à la beauté du corps féminin, à l'éternel féminin ? N'as-tu pas l'impression qu'il manque justement de CORPS, ce corps (faussement) vénéré ? Celui que tu donnes à voir ou que tu  écris.

Il est photogénique, désirable, politiquement correct. C'est un décor poli.

Bon, mais ce n'est pas si grave.

Car un jour, Reggiani a chanté ça. Et ça a suffi. C'était en 1969. Je n'étais pas née mais il disait déjà que tous les corps de la vie d'une femme sont aimables. J'ai découvert cette chanson à 20 ans. Elle m'a soulagée pour le reste de mon temps.

Elle a balayé les vilénies de Ronsard et de sa rose.

Et c'est elle qui me fait sourire devant ton "éternel féminin", l'ami...


 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel