Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le jardin d'acclimatation

Le petit singe de la ménagerie du Jardin des plantes de Paris,

je ne comprends pas tout de suite ce qu'il fait

derrière la grande baie vitrée qui nous sépare de lui.

De sa main droite, il étale une matière terreuse, sombre, sur la surface en verre.

Il dessine quatre traits d'une vingtaine de centimètres, verticaux, espacés d'un pouce environ.

Il va chercher derrière lui la glaise et, avec deux doigts, l'écrase de haut en bas, sur le verre.

Je le vois maintenant, 

il y a des traces de son art pariétal sur toute la longue surface de la cloison vitrifiée. 

Il nous fixe de son regard noir, grave et mélancolique de primate de jardin d'acclimatation

qui donne de mauvais rêves aux humains,

et,

de sa main droite,

le petit singe de la ménagerie du Jardin des plantes de Paris,

va chercher la merde fraîchement sortie de son anus

et

l'étale,

encore

et encore,

pour matérialiser,

opiniâtrement,

méthodiquement,

toute sa pleine

exécration de nous.

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.