Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

?

  • Flipper

    Je suis montée au premier étage de cet hôtel et je suis entrée dans une roulotte. Cette roulotte, c'était une chambre. Pour nous. J'ai attendu dans la roulotte. Mais tu ne venais pas. J'ai attendu. Je me suis dit Il ne vient pas. Pourquoi ? J'ai attendu dans la roulotte, ne sachant pas trop bien quoi y faire. Il n'y avait pas grand chose dans cette roulotte. Un lit. Petit. Tu n'arrivais toujours pas. Alors, je suis sortie de la roulotte. Et là, j'ai vu des lits, plein de lits autour de la roulotte, avec des gens, parfois, dedans. Mais dans les gens, il n'y avait toujours pas toi. Alors, je suis descendue. J'ai quitté l'hôtel. Et là, un homme, une soixantaine d'année l'homme, un air gentil mais en plus, par dessus, un air combinard, il m'a dit je vais vous accompagner pour trouver votre chemin mais je ne lui avais pas demandé mon chemin à celui-là. Et donc, en voulant me guider, il voulait me tenir la main. Et, je lui disais à trois reprises, non, pas la main. Je me suis énervée car je ne voulais pas la main et je ne te trouvais pas, alors qu'on avait rendez-vous dans la roulotte. C'est alors que je t'ai vu, derrière la vitre d'un bar. Tu jouais au flipper. Avec trois filles. Tu avais l'air très heureux à jouer au flipper là avec trois filles qui riaient. Tranquilles, les filles. Je me suis dit mais il est gonflé quand même celui-là. Une heure que je l'attends dans la roulotte, et lui, là, il joue au flipper avec trois filles. Dans un bar.

  • ne te retourne pas tout de suite

    Il se penche à mon oreille et me dit : "La fille derrière toi, avec les boucles d'oreilles (Non, ne te retourne pas tout de suite), elle vient d'étaler sur son toast de la pâtée pour chat. Elle a cru que ça faisait partie des pâtes à tartiner de l'apéritif. Je n'ai pas osé le lui dire... Et, je suis un peu inquiet car les chats ne la digèrent pas très bien. Tu peux la surveiller ?"

  • sous-sol

    Le poète dit que ce qu'il préfère chez les femmes, ce sont leurs épaules. Il lui dit qu'elle a de très belles épaules, que ce débardeur lui va bien, qu'il a envie de planter ses dents dans la peau quand il la voit comme ça.

    Mais, il rappelle qu'il est poète, et photographe aussi, qu'il a des projets, dont un pourrait la concerner. Il a l'idée de prendre en photo des corps nus de femmes sur lesquels il écrirait des textes. Tu veux dire que tu écrirais des textes sur les photos ? Non, des textes écrits à l'encre sur les corps de femmes, par moi. J'aimerais bien que ton corps participe à ce projet.

    Elle se demande ce que racontait son grand-père photographe et sérigraphe à ses modèles pour les convaincre de le suivre et de se dévêtir dans son sous-sol aménagé en laboratoire... Il était boulanger-pâtissier mais a eu, lui aussi, des projets pour le corps des femmes toute sa vie.