Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

la question

Vous avez remarqué comme on pose mal les questions ?

Par exemple, les gros titres des journaux demandent régulièrement :

Quelles solutions pour un développement durable ?

Comment sauver l’humanité de la catastrophe climatique ?

Alors que la question centrale devrait être :

Pourquoi vouloir à tout prix sauver l’humanité ?

Et, les questions subsidiaires, non moins importantes, pourraient être :

La Terre a-t-elle vraiment besoin de l’humanité ?

Les animaux, les insectes, les arbres et les plantes, les mers, les boues, les montagnes, les minéraux, ne se porteraient-ils pas beaucoup mieux sans nous ?

Imaginez l’immense soulagement après l’extinction du dernier humain.
Le silence incrédule d’abord. Le grand bavardage de fond assourdissant enfin annihilé.
Puis, le retour du chahut originel, des borborygmes de la nature, du grouillement de la terre, du frottement des feuillages, du déferlement végétal, des glouglous, des clapotis, des hululements, des gazouillis, des meuglements, des barrissements, des rugissements, du rire des hyènes… La grande boum animale et végétale.
Enfin, chacun retournera à ses occupations. La vie continuera. Deux ou trois générations d’animaux auront encore le souvenir de nous. Nous survivrons encore un peu dans la mémoire des chiens.
Jusqu’à l’oubli complet quand la mousse aura recouvert les dernières flasques de vodka jetées dans les forêts.

Les commentaires sont fermés.